lundi 8 mars 2010

Pistes d'avenir

La ballade des émotions est éternelle… on en parle tout le temps, on y pense tout le temps. On croit que l’on prend des décisions en étant rationnel mais en fait non. Les Américains aiment parler de leurs sentiments. Ils aiment explorer leur individualité, ce qu’ils ressentent, ce qui fait qu’ils sont uniques. Le désavantage, une forme assez impressionnante d’égocentrisme étendu à la société entière. L’avantage, c’est qu’on peut faire à peu près ce qu’on veut.
La France, c’est différent. Il y a plus de règles ?
Je suis en train de penser à ce que je vais faire l’année prochaine. Bizarrement, je ne suis pas trop stressée par rapport à ça. Pourtant, j’ai envie de prendre la bonne décision, celle qui est logique pour moi, à ce moment précis de ma vie. Peut-être que ce qui serait logique s’avérerait être de rester à Bethlehem un peu plus longtemps, en sachant conduire et en profitant des opportunités et des contacts ici ? Ou peut-être que ce serait de rentrer en Europe, travailler à Londres ou à Paris ? Ou peut-être carrément aller à Berlin ?
Ce qui serait illogique… aller dans une autre ville américaine, loin de tout. Soit Bethlehem, et peut-être, petit à petit, New York, ou Philadelphie. Mais pas ailleurs. Seattle, c’était un rêve, mais c’est passé.
Ce qui est sûr, c’est que je dois continuer à faire du théâtre professionnellement. Une vie de chien, peut-être, parce que c’est mal payé, c’est peu reconnu, à quoi ça sert, etc, etc. Mais ce sera ma vie de chien. Parce que c’est beau, c’est compliqué, il faut travailler avec des gens et ils saoulent, mais ils sont aussi adorables et pleins d’idées. Parce que la scène, c’est un endroit miraculeux, quoi qu’on dise. Tout peut arriver, tout peut s’exprimer, et le public écoute, le public comprend, ou ne comprend pas. Le public partage. J’avais contracté une forme du virus avant de venir à Touchstone, mais maintenant, c’est sûr que je ne veux pas être guérie.
Donc la question est en fait : où est-ce que je pourrais faire le plus de théâtre ? Ou, plus clairement, où est-ce que je pourrais être payée suffisamment pour survivre en faisant du théâtre et en limitant les activités alimentaires ?
Aha ! Si quelqu’un a une idée, je prends.

2 commentaires:

Juliette Prayer a dit…

LOVE cette entrée. Comme je te comprends! tu vas trouver, je ne suis pas inquiète. Du tout.
xxxx

Du Caked Hare a dit…

I keep telling you, come to Edinburgh for the festvals.

I will say naught more.