jeudi 30 avril 2009

Final performance audition thingy

Ouf!

Finished with the audition video thing. The result can be seen on http://www.touchstoneaudition.blogspot.com/ for anyone who's interested. We'll see how the rest of the process goes, but I must say that with all the effort put into this application, if I don't get the apprenticeship, I will be disappointed. We shall see!
But now, dissertation time, baby.

samedi 25 avril 2009

My true feelings about U2 and hip hop dance

I listened to some of my favorite U2 albums today, and it had been a really long time since I hadn't indulged in that. My teenage self sang inside me, and my (barely) adult self too. Despite everything that is said about this band - and its lead singer - it will probably always be one of my favourites. And I think one of the reasons (besides all the memories and the fact that "with or without you" and "I still haven't found what I'm looking for" are engraved in my dna) is the optimism inherent in those songs. U2 songs tend to vocalise a strong attachment to life and what it has to offer. That's pretty unusual for a rock band! As Sasha Frere Jones says in her article on U2 coming tour in the New Yorker: "While almost every rock band flirts with the allure of destruction and the charm of sin, U2 has kept its eye on that corniest of feelings: uplift".
And, well, let's face it. I'm corny and I don't think I could survive without positive vibes.

I won't go to their concert because their latest album is not so exciting, the tickets are stupidly expensive, it's in a big stadium, and I've already seen them once live. However, that music is in me, and it's not coming out, so I might as well own up to the fact that I'll always be a U2 fan.
I would like to know though, does Bono do cocaine? Because if he does, his whole discourse on North and South and poverty and stuff would be completely discredited, and at the same time, I really am suspicious because he's so energetic!

I also went to see a hip hop show last night, and was not disappointed. The two dancers (twins) were talented, technically gifted and had this contagious love of performance that made them want to share the limelight with the audience. So at the end of the show, they invited audience members to come up on stage and to dance in a sort of jamming session. We're talking about a real professional show here, in a proper theatre. Those two guys did not want to trade the spontaneity of hip hop improvisation for an institutionalised showcase. And it was so refreshing to see a high quality show that also transmitted a spirit of celebration. The audience was extatic, composed of young, old, black and white people. For a parisian theatre, that in itself is a miracle.

mardi 21 avril 2009

Campbell Soup revisited

I admit I'm being a bit lazy these days, posting photos instead of writing, but what the hell and do I really need to justify my actions for this blog? Not really. (But, I really do need to work on that whole guilt trip I have about everything these days, but that's another topic and we don't really want to go there now)

Anyway!

Here's the picture of the day, taken near the Rue St Honoré, in Paris.

dimanche 19 avril 2009

Fenêtres

Pas grand chose à dire, mais j'ai pris une photo que j'aime bien. D'une des chambres de la maison de ma grand-mère, à Douarnenez, un soir d'avril.


lundi 13 avril 2009

Souvenir de rock

Hier, je suis allée à mon atelier d'écriture mensuel (on se retrouve dans un appartement, on écrit et on mange - c'est génial) , et le thème de la journée était "le rock" puisque c'est le sujet d'un concours de nouvelles auquel on participe. Un des exercices du matin consistait à se souvenir d'un moment marquant en lien avec le rock - que ce soit l'esprit rock, la musique en elle-même ou le sentiment de liberté qui lui est associé. Je me suis souvenu d'un moment marquant dont on parle toujours avec ma soeur. Stéphanie: "tu te souviens de la fois où t'écoutais Led Zeppelin dans ta chambre, et que j'avais l'impression que tu étais en train de faire... je ne sais pas exactement, mais quelquechose d'un peu effrayant?"
Voilà le résultat (c'est un exercice, donc rien de transcendant, mais c'est un bon souvenir que j'avais envie de retranscrire):


C'était en seconde, et David, bon ami et découvreur perpétuel de nouvelle musique, était tombé sur Led Zeppelin. Il ne parlait que des solos incroyables de batterie d'une demi-heure, et des guitares à deux branches. Un jour, sans que je lui demande, il me tend un cd gravé et me somme de l'écouter le soir-même.

Dans ma chambre, j'insère le morceau de plastique dans le lecteur, en toute insouciance, en toute ignorance. Je ferme la porte, je m'allonge sur mon lit, et j'écoute, les yeux ouverts. Distortions et ondes modulées, stridences, stridulations. Putain, c'est ça le son psychédélique! Vacillation de tous les repères, les cordes suraigues, le rythme sourd et les claviers aux notes longues m'emmenent sur une vague de non-sens harmonique, et vers un état second. Je ne sais plus où je suis, le plafond blanc que je voyais sans regarder s'est transformé en toile projettant les détails de mon esprit troublé.

Combien de temps dure le morceau? Aucune idée, le temps prend une autre valeur, s'éclipse devant le son souverain. Je ne m'aperçois pas tout de suite que la tête de ma soeur est dans l'entrebaillement de la porte, et qu'elle a l'air soucieux.
- ... Anne... ça va?
Surprise de voir quelqu'un percer le mur du son, je réponds, un peu sonnée, quelquechose comme "ça va". La chambre redevient chambre, le plafond redevient plafond.
Mais j'ai entendu, j'ai écouté, et ça m'a un peu changée.

vendredi 10 avril 2009

Paris, unassumingly

I'm sitting in my little room, half-listening to an old man talk about philosophy on the France culture radio station: ..."qui se définit par la défaite des cultures hérétiques en Occident"... A little dense for the morning, but the voice in itself is a form of music, or at least - human presence. I quite like it when I can have the radio on and zone in and out of it.

I went to a very interesting photo exhibit with Nathalie yesterday at the Fondation Cartier (extremely cool building by the way, conceived by the architect Jean Nouvel, same one who made the Musée du Quai Branly). William Eggleston is a (famous, apparently) american photographer who casts a modern and unassuming eye on Paris. That's what makes his photos so refreshing. No unecessary prettiness, but glances of what makes Paris alive with a pretty incredible use of colour.

In his own words : "I approached it (Paris) and am still approaching it as if it is just anywhere". What a great idea! Everyone should do that, instead of refer to Paris with that sickly reverence usually reserved for the dead or the almost dying.

His technique is basically "point and shoot", and he only takes one shot of each subject. So, if he missed the moment, then it's gone. You can feel that energy in his photos, especially when people are within the shot. A working black man repairing the pavement, and looking straight at the camera with a shovel in his hand, and right behind him, his colleague, also looking straight out and pointing. This very narrow perspective is created and forces us to see these people. Quite provocative, in fact. Too bad there weren't more people shots. Many still lives, some very smart and cleverly composed, tending towards abstraction. Others, glimpses of beauty in unexpected places, like the one with the green light reflected on the wet pavement.

I should probalbly also mention his paintings, or graphic work exhibited which would also be commonly referred to as "doodles" if anyone else were making them. At first, I honestly was shocked that they would exhibit doodles from anyone in a museum. But then, when looking at the frames that combined the doodles with a photograph, I changed my mind. Both mediums completed each other, since they were reactions to reality, each in their own way. The photo: an immediate reaction, point and shoot, and the doodle (I really should call it a drawing): a delayed reaction based on the photograph. Kind of cool.

I'm happy I went to see this exhibit (pure luck, it was Nat's idea), because it also tells me that people - artists - want to picture Paris in other ways than the everlasting cliché served to us all the time. They want to desacralise it, make into a stranger that can be discovered all over again.

I'm still trying to figure out where I stand about this city. I still can't figure out if I like it or if I don't. It might sound silly, but this is my home town we're talking about, which also happens to be one of the most popular places on earth. So, the question is, can I not like Paris? Very conflicting relationship.

Somewhere in a notebook, I wrote this, which still applies: "When I came back to Censier, I decided to get some bread, and as I was waiting to cross the road, I looked up at one of the buildings in front of me and there came a feeling of peace, in the sense that at that precise moment, I wasn't fighting with Paris. It was my city, and I liked it."

PS: informative review of the exhibit in the Guardian - http://www.guardian.co.uk/artanddesign/2009/apr/05/william-eggleston

mardi 7 avril 2009

La France, une Monarchie déguisée en République?

Ce message va être en français, parce qu'il touche à un sujet français, donc ça me paraissait un peu con d'écrire en anglais. Voilà pour les explications linguistiques.

Donc, je m'aperçois de plus en plus que la France est un pays bizarre et assez schizophrène. Il ya des tensions réelles entre manichéisme et modernité, entre ségrégation et mixité culturelle et entre répression idéologique et démocratie. Le système politique est lui aussi un peu... étrange. Un président qui détient beaucoup de pouvoir et un premier ministre dans l'ombre (surtout en ce moment) tout en étant très actif et très nécessaire. Je crois que dans beaucoup d'autres pays, c'est soit le président, soit le premier ministre qui gouverne réellement. Il y en a toujours un des deux qui n'a qu'un pouvoir symbolique, fédérateur. Ici, les deux gouvernent et cela crée des conflits, des stagnations parfois (dans la cohabitation, par ex). Bref. Notre système politique est étrange. Comme le systéme d'éducation supérieure, d'ailleurs, entre grandes écoles riches et universités pauvres (je caricature à peine). Comme le discours diplomatique/langue de bois sur les droits de l'homme en contraste avec la politique réelle d'immigration et d'affaires étrangères.

Il ya pas longtemps, à la radio, un journaliste parlait de la France comme d'une "Monarchie déguisée en République". J'ai trouvé ça particulièrement savoureux... avec la révolution, les rois sont combattu, virés, et finalement on n'invente rien de neuf! Même les privilèges restent, sous d'autres formes. Mais cette idée de monarchie (dans le sens repressif du terme, comme monarchie absolue) m'a moins fait rire quand j'ai pensé à l'état actuel de la France. Est-ce qu'on vit vraiment dans une démocratie? Je sais bien qu'aucun pays n'est parfait, qu'il ya des failles dans tout système, mais certains systèmes sont quand même plus démocratiques que d'autres, non? La Monarchie constitutionelle anglaise, par exemple...? Les Etats-Unis? à débattre.

On parle beaucoup de "l'indépendance de la presse" en ce moment, et je me suis rendue compte que toutes les radios publiques ainsi que la télé publique étaient contrôlés de près ou de loin par le gouvernement (pour la télé, on le savait déjà avec tout le tin-toin de France Télévision, l'abolition de la pub le soir et tout ça, les nominations du CSA...). Bon. Mais le pire, c'est que ce mode de fonctionnement n'est pas fondamentalement remis en question, même pas par les journalistes!
Donc en fait, l'indépendance de la presse existerait en France, mais elle est contrôlée par l'Etat... Heureusement qu'il y a internet ("oui, mais, Anne, tu comprends, les articles sur internet, ce n'est pas du vrai journalisme... même quand ils sont écrits par des journalistes". Go figure.)

L'exemple de France Inter est assez interessant parce que c'est une radio publique, mais qui fonctionne sur un mode d'entreprise semi-privée et qui conserve une indépendance intelectuelle louable - comme France Culture ou RFI, d'ailleurs. N'empêche que Sarkozy a exprimé son désaccord avec l'actuel président de Radio France, Jean-Paul Cluzel et ne souhaite pas le reconduire. Pourquoi? On ne sait pas exactement... il ya des rumeurs que Sarkozy n'aime pas certains choix ayant été fait au sein des rédactions nottamment concernant les chroniques de certains humoristes qui passent le matin en heure de grande écoute (Stéphane Guillon et Dider Porte).

Même sous Bush aux Etats Unis, Stephen Colbert, humoriste satirique, avait droit d'antenne sur la télé américaine et une quelconque décision fédérale pour le faire taire aurait provoqué un scandale phénoménal (quoique Colbert est diffusé sur le câble).
Ici, Stéphane Guillon, mille fois moins incisif (et intelligent) que Colbert risque son siège de chroniqueur pour avoir trop longtemps taquiné Strauss-Kahn concernant ses errances sexuelles au FMI et pour avoir fait ce qu'il est censé faire en tant qu'humoriste, c'est à dire être incisif, moqueur, voire outrancier envers les hommes et femmes de pouvoir. Mais, si les politiques apprécient l'humour (politiquement correct, bien sûr), ils n'apprécient pas "l'impertinence", la "moquerie", Grand Dieu, ils ne peuvent pas supporter "l'irrespect" surtout envers leur personne!
On verra bien lors de l'annonce de la grille de rentrée de France Inter qui reste et qui part. Et on saura que certaines décisions seront liées au bon vouloir du président et de sa... cour.

Cet exemple en lui-même n'est pas hyper important. Il se trouve juste que j'écoute beaucoup France Inter, donc je suis au courant. Mais ce genre de décisions est symptomatique de ce qui se passe en France en ce moment. Le même problème existe dans le monde du théâtre public, par exemple (et de la culture en général), où le ministère de la culture a un droit de regard et souvent un droit de décision sur les nominations des directeurs artistiques. Mais merde, c'est pas normal! Parce que l'Etat finance le service public il a le droit de s'immiscer dans le fonctionnement de ces services? Non, pas dans une démocratie. Alors bien sûr, après on parle de financement et on dit que l'argent privé est aussi sale que l'argent public mais, franchement, je commence à bien plus me méfier de l'argent teinté de politique.

Bon, pour détendre l'atmosphère , voici le lien à deux vidéos des humoristes dont je parlais, Stéphane Guillon et Didier Porte, concernant nottamment les remaniements à France Inter. C'est interessant d'entendre, même chez eux, une certaine résignation. Où chercher alors les voix sincères d'opposition?

Stéphane Guillon: http://socialistes.canalblog.com/archives/2009/03/03/12793734.html

Didier Porte: http://www.dailymotion.com/video/x8kjh1_didier-porte-sauve-cluzel_fun

L'audition de Jean-Luc Hesse devant le CSA pour succéder à Jean-Paul Cluzel, actuel président de Radio France:

http://www.20minutes.fr/article/318525/Media-Jean-Luc-Hees-est-passe-devant-le-CSA.php

jeudi 2 avril 2009

Performance!

video

Hey Guys,

This is my audition piece for Touchstone theatre. I would really appreciate it if you could tell me what you think, what can be improved, and if you have any other ideas. It so happens that I have a little bit more time to send something than I thought so this might not be the final thing. There's still space for improvement!

So, don't be polite. Tell me what you think .

You theatre people out there - you know who you are - please give me pointers!

You bi-national people - you also know who you are - if you feel like sharing some 'bi-cultural anecdotes' that you wouldn't mind I used, then go for it!

Thanks!

mercredi 1 avril 2009

body-clock and enthusiasm

My body clock is off-track. Every once in a while, I stay awake all night and fall asleep at 6.00 or 7.00 in the morning, waking up at 1.00 in the afternoon. That's what happened today. I'm sick, you see, I have a nasty cold. So, I can pretty much do what I want! I cancelled teaching lessons yesterday and today. And I finally finished the paper on Cries and Whispers for Les Trois Coups. And I watched quite a few old Friends episodes. And I should go to the library now.
My life is weird. I need some structure.

And I didn't get an interview for the Seattle Rep. internship. That's one future opportunity out the window, only two other options left. Since I'm pretty certain I won't get the Chicago interview, all my eggs are in the Touchstone theatre basket. And I'm not feeling so confident about this taped audition anymore.

- But it's April fool's today, so why be gloomy!
- Oh, Enthusiasm, just... sod off.