vendredi 14 mai 2010

Rester

J'ai un peu de temps. Rien de précis à faire avant 17h30. A ce moment là, je passerai un coup de serpière sur la scène, et je commencerai à préparer les coulisses pour le spectacle de ce soir. La première de The Pan Show était hier. Une réussite. Cette petite comédie musicale déjantée et coquine a plu au public. Les comédiens étaient dans la zone, et je n'ai pas fait de grossières erreurs de régie. Soupir de soulagement, sourires et enthousiasme pour les prochaines représentations. Ironie du théâtre, le gros du travail est passé. Maintenant, on peut véritablement s'amuser.

J'écris cette entrée pour parler théâtre, mais aussi pour... et bien pour dire publiquement, aux amis français et membres de la famille qui lisent ce blog, que je vais rester à Bethlehem encore un an. Les membres de la troupe m'ont proposé de rester pour une deuxième année d'apprentissage, peut-être plus spécialisé, et un brin mieux payé.
Après avoir réfléchi, pesé le pour et le contre, je me suis rendue compte que je n'avais pas envie de partir tout de suite, et que je me plaisais bien ici. Touchstone est une institution très spéciale, très précieuse: un bastion du théâtre de troupe. Et quand on intègre une troupe, on se rend vite compte que ce n'est pas un boulot comme un autre. C'est un mode de vie. Un an, finalement, ça passe vite. A peine arrivé, on est déjà reparti. Je n'ai pas simplement envie d'arriver et de partir. J'ai envie de rester, un peu. Et la prochaine étape s'annoncera d'elle-même, j'en suis persuadée.

Cela ne veut pas dire que mes amis et ma famille ne me manquent pas. Au contraire, vous me manquez d'autant plus que je vis joyeusement ici, à des milliers de kilomètres de beaucoup d'entre vous. Sans vouloir paraître malade, j'ai parfois des ... appelons-les des ... visions mentales de vous alors que je me ballade dans les rues américaines. Comme si vous étiez là, le temps d'un clin d'oeuil. Je ressens la complicité et le soutien de tant de personnes en moi et ça me donne un sentiment de paix assez difficile à décrire mais merveilleux à vivre.
Je sais que ma décision de rester n'est pas raisonnable sur bien des plans. Mais un coup de coeur n'est pas, par nature, raisonnable. J'ai décidé de ne pas y resister... et je sais que vous comprendrez.

1 commentaire:

Damien a dit…

La vie est souvent une histoire de compromis. Profite-bien de ce que tu as choisi de faire et d'être.